Voyager dans le Nord-Ouest de l’Inde #01 – L’essentiel

Classé dans : En voyage | 4

L’Inde est le premier pays que nous visitons en Asie. À notre arrivée, certain.e.s nous parlent de « sous-continent indien » et on ne tarde pas à comprendre ce terme. Le pays est immense ! Il y a 29 états, et encore plus de dialectes. Autant dire que la diversité est au rendez-vous ! Pendant nos deux mois passés là-bas, nous nous sommes concentrées sur certains aspects et sur certaines régions. C’est donc à travers notre expérience que nous voulons donner quelques conseils à celles et ceux qui voudraient s’y rendre, et ouvrir de nouveaux horizons à tout le monde ! Il n’y a donc rien d’exhaustif dans cet article, c’est juste un petit compte rendu d’un voyage en Inde très riche ! Et gardez bien en tête que nous partageons notre expérience du nord-ouest du pays, nous avons visité Delhi, l’Uttarakhand, le Rajasthan, le Gujarat et Bombay. Les spécialités culinaires, par exempl,e n’ont plus rien à voir dans le sud du pays.

voyage en inde

Les aprioris et les préjugés

Loin de nous l’envie de démystifier l’Inde, ou de détruire les surprises des futur.e.s heureux.euses voyageurs.euses. Nous voulons vous donner plus envie de découvrir ce pays en levant le voile sur les « il paraît que ». Nous partions avec plein d’aprioris en tête construits par des récits de voyageurs.euses et des idées reçues venant d’une réputation d’un pays qui a beaucoup changé en peu de temps. Pour autant, l’Inde garde sa richesse culturelle, et la cultive, et ne tend pas à ressembler à l’Occident à tout prix, grand bien lui fasse. Le pays ne finira pas de vous surprendre, pas d’inquiétude à ce sujet !
Mais non, vous ne verrez sûrement pas des cadavres à tous les coins de rues. Ouf. Et non, vous ne serez pas dégouté.e par tous les espaces publics. Non, la maladie n’inonde pas les rues. Et oui, les vaches se promènent sur les routes.
Et oui, il fait chaud et il y a beaucoup de monde, alors parfois ça pue, mais parfois ça sent aussi la bonne cuisine épicée. Parce qu’en Inde, oui, oui et encore oui, on se régale ! Pas de bœuf, plein d’épices, plein de saveurs, et un paradis pour les végétarien.ne.s !
Alors ne vous découragez pas lorsque des personnes qui n’y ont jamais mis les pieds vous assurent que c’est beaucoup trop sale, dangereux pour votre santé et moralement difficile. Allez plutôt vous faire votre propre avis, il y a de grandes chances que cela vous plaise.

voyage en inde

voyage en inde

Le logement

Pendant nos deux mois passés à vadrouiller, nous avons privilégié les auberges de jeunesse (« hostel » en anglais), très nombreuses dans les régions que nous avons traversées. C’est l’occasion de rencontrer d’autres voyageurs.euses. Beaucoup de backpakers (mot emprunté de l’anglais pour décrire ces gens complètement fous qui voyagent avec seulement un gros sac à dos et un petit budget pendant très longtemps) seul.e.s ou en petits groupes visitent l’Inde, pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Arriver dans une auberge de jeunesse permet de se faire des compagnons de visite, pour la journée, ou pour un bout de chemin un peu plus long si le courant passe. Et cela permet ainsi d’échanger les bons plans entre les un.e.s qui arrivent et les autres qui repartent.
Ce point de rencontres regroupe des étrangers du monde entier, mais aussi des Indiens, en voyage ou en déplacement professionnel. Le peuple indien voyage beaucoup au sein même de l’immense Inde. Certains adoreront vous raconter les particularités de leur région lointaine, complètement différente de celle où vous vous trouvez à ce moment-là. Ce grand brassage peut être source d’intéressantes discussions comme de soirées festives. Les voyageurs.euses ont souvent beaucoup de choses à raconter !

À Delhi, nous vous recommandons particulièrement l’auberge MadPackers, et à Rishikesh le Live Free Hostel.

Une autre option est la chambre d’hôtel. Nous l’avons testée quelques fois, pour différentes raisons. La première, et la plus importante, est que cela donne accès à un vrai espace à soi, à un peu d’intimité et de tranquillité, contrairement aux dortoirs. Quand on est fatigué.e et/ou un peu malade (pas de crainte, ça nous est arrivé seulement après deux mois dans le pays), un peu de calme après l’agitation des rues très peuplées, peut devenir un vrai luxe. Il y en a pour tous les budgets. D’ailleurs, si vous passez par Ahmedabad, comme il n’y a pas d’auberge de jeunesse dans cette ville, nous vous conseillons la chambre de la maison de Ashvin (sur Airbnb) qui est un hôte aux petits soins. Cela permet d’allier tranquillité et contact avec des habitants.

Nous avons aussi eu la chance d’expérimenter d’autres types de logements, quand le papa de Chloé nous a rejoint. Le budget et les exigences ayant changé le temps de dix jours, c’était l’occasion de profiter des Havelis, anciens palais des Maharajas, les riches commerçants du Rajasthan. Certaines ont été transformées en hôtels, et ça, si vous avez la chance de pouvoir vous l’offrir, on vous le conseille, rien que pour une ou deux nuits ! Le confort des lits n’est pas toujours au top (bien que parfois meilleur que dans les hôtels à bas prix) car le mobilier et la ventilation sont souvent d’origine, mais le décor est grandiose et le service au poil.

Une autre option, qui s’adresse cette fois-ci particulièrement à ceux.elles qui prévoient de rester quelques temps dans le pays, est le volontariat. On vous en parlait déjà dans notre article sur le voyage en Afrique de l’Ouest, et évidemment c’est aussi valable en Inde. Et c’est une bonne option pour rencontrer des locaux et créer de vrais liens avec elles.eux. Nous avons logé dans différentes structures qui nous accueillaient pour les reportages qu’on venait faire. De la même façon, ces structures peuvent accueillir des volontaires, venu.e.s pour les aider dans certaines missions. Si vous souhaitez participer au projet d’Avani dans les montagnes près de l’Himalaya, ou Goonj dans des villages reculés, par exemple, c’est possible !

La nourriture

Rien que pour sa cuisine, l’Inde vaut le détour. Les plats sont variés, et plein de saveurs. Et les produits sont souvent cultivés dans le coin ! Il y a beaucoup de petites fermes (et bien sûr aussi de grosses industries…) dans le pays. Dans les restaurants, on vous conseille de juger la quantité des assiettes des personnes attablées à côté de vous pour commander des portions à partager. Des petits plats en sauces avec des chapatis (ces galettes que l’on consomme comme du pain) et le tour est joué ! N’oubliez pas de demander « no spicy » pour les novices, parce que vous risquez de cracher du feu au début.
Nos ami.e.s végétarien.ne.s et flexitarien.ne.s seront ravi.e.s ! Avec l’hindouisme et le bouddhisme répandus dans le pays, les options sans viande (et sans oeufs) sont nombreuses. Les cartes indiquent d‘une pastille verte les plats végétariens et d’une pastille rouge les « non-veg ». Il y a même des restaurants entièrement végétariens ! Pour les plus exigeants, trouver des plats sans lait, est un peu plus ardu. L’Inde ne consomme pas de viande de vache mais utilise beaucoup de crème et de fromage… Mais ça reste possible de trouver des options veganes !

Dans les petits bouis-bouis, vous trouverez les « thalis ». C’est une formule que nous avons testée et adoptée ! Dans une grande assiette compartimentée en inox, vous aurez un peu de tout, (lentilles en sauces, riz, légumes, chapatis). L’avantage est que tout est super frais, les petits mets changeant tous les jours, et que certains proposent même de vous resservir à volonté. Parfait pour des grands appétits et des petits budgets. Quant à la street food, privilégiez les plats cuits devant vous. On s’est régalé !

Quand on est arrivé, on nous a conseillé le Palak Paneer, des épinards et du fromage de bufflonne qui s’approche un petit peu du tofu. Ce plat délicieux ne vous enflammera pas la bouche lors de votre premier dîner au restaurant. Sinon, Chloé ne pouvait plus se passer des Aloo paratha, des chapatis fourrés à la pomme de terre, un excellent petit déjeuner. En restant dans le même thème, testez les Jeera Aloo, des pommes de terres sautées au cumin, un délice.

restaurant inde

Les transports

La bonne nouvelle est que, dans ce pays immense, les moyens de transport sont nombreux et vous emmèneront toujours où vous souhaitez aller. Il y aura toujours un moyen de se rendre dans le petit village perdu en haut de la montagne. Bien sûr, il faudra être patient.e, car les distances sont immenses. C’est bien pour ça qu’on a décidé de ne visiter qu’une partie de l’Inde. On ne pouvait pas se résoudre à prendre l’avion à l’intérieur du pays, alors on s’est prêté au jeux des trains assis, des trains couchettes, des bus et des jeeps partagées. Et ce sont des expériences qui valent le coup d’être vécues ! On partage le trajet avec les locaux, on papote, on voit le paysage défiler. Il y a plusieurs classes dans les trains ; on vous conseille la sleeper class pour les très petits budgets et la 3A, un cran au-dessus tout en restant très bas prix. Les lits sont suffisamment confortables pour y dormir, et c’est l’occasion de rencontrer des Indien.ne.s qui voyagent. Pour réserver les trajets de train, on a utilisé l’application Ixigo, très pratique !
Dans les villes, on a testé le fameux tuktuk en privilégiant toujours l’option tuktuk « partagé ». On a découvert qu’Uber proposait des « rickshaw » ou « tuktuk ». Cela permet, dans les grandes villes, et au début du voyage, de connaître les prix fixes des courses. Une fois que l’on apprend à négocier et que l’on connaît la valeur des déplacements, on peut tenter de faire sans Uber ! Et sinon à Delhi le métro est super pratique, facile, et pas cher. Et à Bombai, de nombreuses lignes de trains traversent la ville.

voyage en inde

transport inde
La rue

C’est dans la rue que l’on découvre le pays. Les odeurs, les couleurs, les sons, l’Inde est dans la rue ! L’Inde roule à gauche, slalome dans tous les sens, pilote dans le désordre. Mais vous ne serez pas le.a seul.e touriste au bord de la crise cardiaque, vous verrez beaucoup d’étrangers.ères sursauter aux sons des klaxons. Et la bonne nouvelle, c’est qu’on s’y fait rapidement et en observant comment s’y prennent les indiens, vous serez capable de traverser la route en vous glissant entre les voitures, les bus et les scooters.
Une fois qu’on arrive à se faire au trafic, le deuxième challenge est de s’habituer aux selfies à répétitions. Beaucoup beaucoup beaucoup d’Indiens adorent prendre des selfies avec des étrangers.ères. Pour certain.e.s, c’est une manière d’aborder les touristes et d’entamer une conversation ; pour d’autres, la demande de selfie n’est ponctuée ni d’un hello, ni d’un please. Alors, c’est à vous de voir si vous acceptez de vous prendre au jeu ou pas. On vous avoue qu’au début on se disait que c’était un moyen facile de faire plaisir. Puis au bout de quelques semaines, on était fatigué de n’être que des visages instagrammables à leurs yeux…
Mais c’est une prise de contact comme une autre après tout !

voyage en inde

Voilà un premier article avec quelques conseils ou plutôt retours d’expériences de deux voyageuses en Inde. Si vous prévoyez d’aller en Inde, on vous encourage à le faire et on espère que cet article vous a conforté dans votre envie.

Un des constats que nous avons fait au cours de ces deux mois et au fil des rencontres dans les auberges, c’est qu’on tombe vite amoureux de ce pays. Vous n’imaginez pas le nombre de voyageurs qui reviennent tous les ans depuis 10 ou 20 ans. D’ailleurs c’est un des seuls pays où on nous demandait sans cesse. « C’est la combientième fois que vous venez en Inde ? »

Vous pourrez bientôt retrouver un article avec quelques conseils ville par ville. Et comme on sait que l’Inde ça inquiète, et surtout qu’elle inquiète les voyageuses, on vous prépare un article spécifique sur le sujet de la sécurité quand on est une femme en Inde.

N’hésitez pas à nous laisser en commentaire vos avis sur l’Inde si vous y avez déjà voyagé ou si vous projetez un voyage, on sera ravies de vous donner plus de conseils !

voyage en inde

4 Responses

  1. Bernard Viennot

    Merci pour cet article bien documenté avec de belles photos qui m’a bien intéressé !

    • Louna

      Bonjour Bernard,
      Nous en voilà ravies ! Merci d’avoir pris le temps de nous lire et d’avoir laissé un commentaire, ça nous fait toujours super plaisir !

  2. Darcy Vandenberghe

    Article superbement écrit et photos superbes !!
    Merci pour ce joli récit !!
    Des bises 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *