AWA-EK2, un évènement autour du textile éthique à Ahmedabad – Inde

C’est par un heureux hasard que nous découvrons la tenue d’un événement autour du design textile éthique lors de notre présence à Ahmedabad. Juste après que Chloé aie rencontré Aratrik de Tilla (on vous présente son projet ici), un étudiant de l’Institut National de Design nous envoie par message l’affiche de cet évènement qui se tient le week-end suivant. Il s’agit de deux jours consacrés au sujet du vêtement durable avec des workshops et des conférences. Ni une ni deux, nous nous inscrivons sur le site internet. On nous demande de choisir un workshop pour le premier jour, on décide de suivre celui de Button Masala, une marque dont on a entendu parler et qu’on avait justement envie de découvrir.

Créer des vêtements sans couture

Lorsque nous arrivons, on nous presse pour rejoindre notre workshop. Rapidement, on trouve la salle où une vingtaine de personnes sont déjà réunies autour de Anuj Sharma, le créateur de la marque indienne Button Masala. Autour de nous, beaucoup sont étudiant.e.s en mode, mais on trouve aussi des artisans et des curieux voulant en apprendre un peu plus sur cette technique.

Le designer nous introduit le workshop en parlant de la place du créateur dans la société et de son ego. Il remet en question le besoin de toujours faire valoir sa créativité coûte que coûte. Un plombier est aussi créatif sans pour autant en faire son fond de commerce nous provoque-t-il. Le styliste veut faire de beaux vêtements, mais la beauté est complètement subjective. D’autres paramètres entrent en compte. Selon lui, on ne trouvera pas son ennemi juré plus beau grâce à un beau vêtement… Alors pourquoi le designer ne se concentre-t-il pas sur le confort, la practicité et la durabilité de sa création au lieu de se focaliser sur son esthétique ? Ce discours résonne en nous forcément, et on espère qu’il résonne aussi pour les futures designers qui sont présents.

Ensuite, il nous fait découvrir sa technique d’assemblage sans couture, appelée Button Masala. À l’aide d’un élastique et d’un bouton ou d’un petit disque de la même forme, il nous montre comment donner forme à un tissu. En duo, on s’exerce en créant un top à partir d’une écharpe. Et certain.e.s utilisent leur sari pour en faire de belles robes. La technique est intéressante et permet d’obtenir de beaux drapés. L’avantage est qu’on peut recommencer à l’infini sans abîmer le tissu, mais pour trouver le bon tombé il faut un peu d’expérience !

Une première journée sous le signe de la transmission

Dehors, d’autres participants s’exercent au sein de workshops dispensés essentiellement par de talentueux artisans indiens. Teinture, shibori, impression au bloc, feutrage de la laine, batik… Tout le monde y trouve son compte ! Et pendant que son tie and dye trempe dans le bain de teinture, on va voir ce que font les voisins. L’ambiance est très agréable, il fait beau et les conversations vont bon train.

Un espace de réflexion et de discussion

Cet événement est l’initiative de plusieurs structures indiennes et anglaises engagées pour un design textile éthique en Inde, dont Moral Fiber et Sahonnati Foundation, fondées par Shailini Sheth Amin.
L’ambition est de réunir les personnes engagées dans un textile et un design plus éthique. Leur donner un espace d’expression et de réflexion autour de la question de la durabilité et des solutions qui existent ou existeront.

Le jour suivant nous assistons à une série de conférences toutes plus intéressantes les unes que les autres. Les interventions de Uma Prajapati, la fondatrice de Upasana, marque de vêtements éthiques implantée à Auroville, résonnent en nous. Elle délivre un message rempli d’espoir, tout n’est pas perdu dans la course contre les grosses marques de fast-fashion. Et elle nous conforte dans le fait qu’il faut plus d’événements comme celui-ci pour faire grandir le secteur de la mode éthique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *