Vive la seconde main !

Classé dans : Blog, S'habiller engagé | 1

Porter des vêtements de seconde main est un acte de résistance au marché de la mode qui incite à l’hyper-consommation avec ses collections qui changent parfois toutes les semaines, ses soldes à répétitions et son marketing séduisant. C’est aussi offrir une deuxième (voire une troisième) vie à des objets mis de côté.

Parfois, on se met à rêver à un système qui nous permettrait de faire varier nos armoires sans cesse, rien qu’en échangeant avec son voisin, sa cousine…

Mais en fait, c’est possible ! Faire du troc entre ami.e.s est une façon d’acquérir des nouveaux vêtements dans sa penderie ! La seconde main, c’est bien passer d’une main à l’autre, d’une armoire à l’autre… Et en plus, connaître la personne qui a porté ce joli pull avant, voire même l’histoire du pull, c’est vraiment chouette !

On peut aussi parfois fouiller dans l’armoire de ses parents et de ses grands-parents. Comme nous, il arrive qu’ils aient oublié la ceinture qui trainait tout au fond, derrière leurs chaussettes. Et à coup sûrs (ou presque), il seront ravis de vous voir la porter ! Comme la mode est un éternel recommencement, leur garde-robe regorge souvent de trésors totalement au goût du jour. Ils vous raconteront que c’est Tata Machine qui leur avait offert pour telle occasion, ou qu’ils l’ont mis pour leur porter chance à tel examen. Des pièces chargées d’anecdotes…

Pour avoir un plus large choix, on peut aussi se tourner vers les friperies qui s’installent un peu partout et qui proposent une sélection de vêtements d’occasion, choisis avec soin par le propriétaire. Une fois que l’on trouve une friperie avec laquelle notre goût coïncide, c’est un régal de revenir voir les nouvelles pièces entrées au fur et à mesure…

Lorsqu’on est plus plus fouineur.euse, on peut aussi chercher la perle rare dans les magasins caritatifs comme Emmaüs. En plus de donner une nouvelle vie à un vêtement laissé de côté, de militer pour une mode responsable, le bénéfice de nos achats revient à des associations.

Pendant l’été, prendre le temps de chiner dans les brocantes est très agréable aussi. C’est l’occasion de se balader, de rencontrer du monde et de faire des bonnes affaires ! S’aventurer et s’immiscer dans les greniers déballés sur le trottoir, c’est un vrai plaisir, une mine d’or !

Il y a mille et une façons de trouver des fringues d’occasion… et la bonne nouvelle c’est qu’il y a autant de manières de vider son armoire ! Vous voulez faire un peu de place et laissé vos vieux vêtements retrouver une nouvelle vie ? Quoi de mieux que de donner à un.e ami.e, échanger avec ses parents, déposer en magasin ou s’inscrire à une brocante ?

Comme nous sommes totalement convaincues par cette façon d’imaginer la mode, nous avons rassemblé quelques pièces chinées à droite à gauche pour vous proposer quelques looks bien différents ! Et ce qui est touchant avec ces habits, c’est qu’ils ont chacun une histoire… On vous les raconte…

 

look seconde main

« Les lunettes et le foulard viennent tous les deux de Emmaüs. Les lunettes sont à motifs écailles, et ont une pose sur le nez très caractéristique d’une époque révolue. Le foulard est nouveau dans mon armoire et ses couleurs subtiles me séduisent tous les jours. La veste vient d’une petite boutique de Metz, qui a malheureusement fermé, qui sélectionnait très précautionneusement ses pièces. Elle a une belle étiquette  » Fabriqué en France – Artisanat & Tradition « , qui m’a d’emblée séduite. J’adore le look que ce cuir noir me fait. Ensuite viennent les vêtements qui me sont chers : un pull et une ceinture que ma maman m’a donnés, et un pantalon qui était à ma mamie. Le pull a rapetissé à la machine à laver depuis que je l’ai, mais il me plaît toujours autant, bien que j’y sois plus à l’étroit. Il est réconfortant, comme un câlin ou un bisou sur le front d’un parent. La ceinture est rigolote, il y a des petits canards dorés dessus. Je crois que c’est pour ça qu’elle n’a jamais été portée avant… Et le pantalon en laine est sans aucun doute mon meilleur ami pendant l’hiver ! Doux, chaud, léger, et familier, il est comme la présence d’une petite mamie à ses cotés. » Chloé

 

« Ce look c’est un peu ma tenue doudou, celle que je mets pour que la journée se passe bien. Confortable et assumé. La chemise de bûcheron en flanelle, je l’ai trouvée chez Kilostock à Toulouse alors que j’étais encore au lycée. Comme quoi, la seconde main ça tient le coup. Et mon pantalon, un magnifique 501 bien brut, vient d’une autre friperie toulousaine, Rétro Futur. Je suis sûre que je trouve ce que je cherche à chaque fois et les conseils du vendeur font toujours mouche. » Louna

 

« Ce petit sac me suit partout, il peut illuminer n’importe quelle balade dans la grisaille. Ma maman l’a acheté quand elle était ado, et depuis il a vu du pays ! Ces petites lunettes rondes viennent d’Emmaüs et depuis que j’y ai fait monter mes propres verres, elles m’accompagnent dans mes soirées devant l’ordinateur. Le turban et la chemise viennent d’une friperie de Camden Town. Le turban est super confortable et je me sens un peu Loulou de la Falaise en le mettant. La chemise est asymétrique, et avec ses motifs aussi étranges que sa couleur verte, et son petit col, elle me fait penser à une grande étole sortie de la malle d’Aladdin. Le pantalon était à la maman de mon amoureux. Sa coupe impeccable et son tissu si costaud témoignent d’une fabrication artisanale ! Et évidemment, comme tous les jours, je porte mes créoles préférées à l’oreille : celles que ma maman mettait à mon âge. » Chloé

 

« Penser mieux son dressing, c’est aussi se prêter les vêtements entre ami.e.s. Le joli col roulé orange estampillé Chloé (vous verrez, c’est un peu sa signature) vient d’Emmaüs. Il met toujours de la couleur dans nos journées ! Le pantalon vient de sa tante qui lui a cédé en pensant qu’il finirait découpé en morceau pour ses projets d’école. Et bien non, le voilà qui entame une deuxième vie. Les chaussures c’est son frangin qui a décidé qu’il ne s’arrêterait jamais de grandir, alors plutôt que de les mettre à la poubelle on les préfère à nos pieds. » Louna

 

 

  1. Studio MS

    Quand l’élégance de l’esprit rencontre la raison de la science, rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme. Directement appliquées, à l’échelle de l’objet. Bravo !

Laissez un commentaire